fbpx
Matériaux Tutos

Les Matériaux Partie 1 : Black Worbla, mousse et polystyrène extrudé

Atelier cosplay découverte

Le samedi 9 mars j’ai eu le bonheur de rencontrer DragoMa Cosplay que je remercie une nouvelle fois non seulement pour tous ses conseils, mais aussi pour m’avoir permis de partager son expertise avec vous.


Présentation de DragoMa Cosplay

DragoMa est une cosplayeuse française depuis plus de 5 ans. Un grand nombre de ses cosplays sont issus des jeux vidéo. Elle est active sur les conventions de l’ouest et du centre. Elle a participé à des concours en tant que candidate mais aussi en tant que membre du jury.


DragoMa Cosplay is :
Lux steel legion / Nidalee > from 
League of Legends
Templar Asmodian > from 
AION Free-to-play

DragoMa Cosplay to participate in :
Xin Zhao > from league of legends
Templar Elysian > from Aion

Lux and templar aion : 
Christophe Lablancherie – Photographe
Nidalee and Xin Zhao : 
Ryu28 Photo Amateur


Les matériaux que nous avons abordés :

  • Black Worbla
  • mousse
  • polystyrène extrudé


Le matériel que nous avons utilisé :

  • ciseaux
  • cutter
  • règle
  • stylos
  • Dremel
  • Colle néoprène
  • Planche de découpe
  • Sèche-cheveux ou décapeur thermique
  • Pyrograveur

1) Préambule

Après nous avoir reçues comme des princesses dans un magnifique studio photo Steampunk dans la boutique « La fabrique Onirique » à Nantes, DragoMa nous expose le déroulement de l’atelier puis nous passons aux choses sérieuses ! Armées de nos échantillons nous sommes prêtes pour découvrir et tester les différents matériaux ! C’est l’avantage de cet atelier. Le fait de pouvoir toucher, tester les limites des matériaux (et les nôtres ! ^^) ou au contraire découvrir leurs points forts par soi-même, ça n’a rien à voir et je suis très heureuse d’avoir pu participer à ces différentes expériences.

Photo de la fabrique Onirique
La pièce de la fabrique onirique où a eu lieu l’atelier

2) Les matériaux

Le Worbla

DragoMa cosplay nous apprend qu’il y a une multitude de Worblas sur le marché, le doyen étant le Worbla finest art.

Il est possible de demander des échantillons dans des boutiques de cosplay pour s’entraîner avec un moindre coût avant de se lancer dans la création de son premier costume. (Ah si j’avais su… ! XD)

Boutiques en ligne recommandées pour l’achat de Worbla : https://www.cosplaymat.com/fr/ https://www.cosplay-craft.fr/ et https://www.pandorarts.com/index.php.fr
Boutique physique: Rougier & Plé Nantes – Hélio : 62 Route de Vannes, 44000 Nantes téléphone : 02 40 67 44 44
(Vous pouvez également aller sur Amazon pour les petites plaques.)

Le Worbla noir (Black Worbla)

Photo de Worbla noir

Je le connaissais un peu car j’ai fait mon masque de Black Cat dans cette matière mais tout comme pour le Worbla Finest art (utilisé pour mon cosplay de Saori) je ne m’étais pas pris la tête ! Je l’avais utilisé seul, avec un coup de chaud pour lui donner la forme voulu et basta ! Cependant, là je ne peux pas reculer car j’ai tout ce dont j’ai besoin devant moi ! Eh oui, 0 excuse !

Normalement donc, le Worbla ne s’utilise pas seul (on ne se moque pas ! :p) c’est ce qui explique pourquoi les costumes faits avec cette matière demandent un budget plus important. En effet, il y a le coût du Worbla, qui n’est pas donné, mais en plus celui de la mousse.

DragoMa cosplay nous confie qu’elle préfère travailler avec le black Worbla car il est un peu plus lisse, il y a donc moins de sous-couches à prévoir et il est un peu plus rigide et plus précis en termes de finitions car il se déforme moins.

Attention

Le black Worbla se collant moins facilement à lui-même, il faudra le chauffer un peu plus et bien appuyer. En revanche il ne cloque (bulles qui peuvent donner un aspect brûlé) pas aussi facilement que son grand frère quand le chauffe trop ! ^^ (Ce phénomène ne se produit pas forcément parce que vous êtes un.e bourrin qui a eu la main lourde sur le décapeur thermique, mais le simple fait de chauffer plusieurs fois la matière pour un détail de finition, par exemple , peut entraîner cet effet. En cas de bulle, ne pas paniquer et ne pas appuyer fortement dessus : il faut la percer au cutter ou au ciseau et chasser l’air. Lisser ensuite le pli : chauffer et écraser avec l’outil de sculpture puis peaufiner avec les doigts.

ciseaux et cutter

Le black Worbla peut se couper au ciseau ou au cutter mais le ciseau est pus précis (c’est un choix personnel) On peut également le sculpter et créer des motifs une fois chauffé (avec une fourchette on peut faire de très jolis effets) avec des outils de sculpture. DragoMa nous montre d’ailleurs une technique pour décoller le Worbla de la plaque de travail plutôt que de tirer dessus au risque de l’abîmer ! ^^

Le Worbla Transparent

ou Worbla Transpa Art (il se colle très peu à lui-même), il est plus souvent utilisé pour les armes, les lumières etc. Au niveau du fonctionnement c’est le même principe, il faut le chauffer, le mouler autour d’un objet, ballon, boule, par exemple.


Le Worbla Finest art

C’est le Worbla dit « classique » celui que presque tout le monde connaît avec à sa couleur beige et son aspect beaucoup plus granuleux quelque soit le côté. L’inconvénient de ce Worbla étant la quantité de sous-couches à effectuer avant de le rendre lisse. En revanche il se colle très bien à lui-même et il est facilement étirable.

Le Worbla Pearl

De couleur blanche, il est ultra lisse mais très épais. Il est souvent utilisé pour les pièces qui doivent être très solides

3) Quelles sont les techniques?

Selon l’effet souhaité (et le budget) :

  • Le sandwich
  • La coque (plus économique)

Tous les Worbla vont s’utiliser de la même manière. La partie brillante est celle où il y a le plus de colle mais les 2 cotés s’assemblent tout de même ! En le chauffant, on va pouvoir le mouler à la forme souhaitée.

Le sandwich

Photo de la technique du sandwich
Miam un ravioli! (les petits traits sont des tests)

La plaque est enrobée de Worbla avec une plaque au-dessus et une plaque en dessous. C’est à la jonction des 2 plaques qu’il faudra appuyer fortement. Ensuite il ne restera plus qu’à couper le surplus de Worbla. C’est moins économique mais la pièce est beaucoup plus solide. (Par exemple pour des épaulières.)

La coque

Photo de la technique de la coque
Il a une drôle de tête mon cœur mais au moins ça vous donne une idée!

Une mousse de quelques millimètres (dans l’exemple qu’elle nous montre, 2mm), est recouverte de Worbla et les bords sont simplement rabattus cela permet une économie de matière très importante.

Utilité de la mousse : elle permet d’avoir un minimum d’épaisseur et pour certaines pièces avoir un meilleur rendu visuel. De plus on obtient une certaine flexibilité, notamment pour l’enfilage. Pour d’autres pièces elle n’est pas nécessaire. (La feuille simple de Worbla moulée directement va prendre tous les plis qui ne seront pas forcément désirés)

La plupart des pièces d’armure en Worbla doivent être sous-couchées pour un rendu plus lisse sauf si l’effet granuleux est voulu)

Pour faire des sous couches plusieurs solutions sont possibles :

Colle à bois :

Couvrante, auto lissante. 2 sous-couches suffisent. Mais moins flexible et crains l’humidité (cloques)

Dip étanche :

Utilisé pour toiture, un peu cher mais ne craint rien, s’applique au pinceau plat poils fins. 3-4 couches.

Flexipaint :

Mélange des 2 mais uniquement pour la mousse car il n’adhère pas totalement au Black Worbla qui n’est pas assez granuleux.

La peinture :

Attention, il vaut mieux éviter de peindre le côté lisse, la peinture ne tient pas en cas de choc à cause de la quantité de colle. Utiliser de la peinture acrylique. Proscrire la gouache et aquarelle. Peinture à l’huile pour créer des effets de texture mais très long à sécher et sensible au temps.

Et pour fixer le tout :

Le vernis à base d’acrylique est recommandé surtout pour des pièces flexibles (articulations etc.)

Voilà pour cette « petite » introduction, j’espère que cette entrée en matière vous a plu. Dans le prochain billet, je vous parlerai de la mousse avec les différentes techniques que l’on a apprises lors de cet atelier avec DragoMa Cosplay .

A bientôt!

error

(2) Comments

  1. Johnny Sasaki says:

    Merci pour cet article bien détaillé. C’est un domaine technique au final, je me rend compte maintenant que c’est du travail, de la recherche et de l’artisanat, un métier à part entière !

    1. elaena says:

      Merci beaucoup! En effet, et encore il y a tellement de choses à dire et à découvrir!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.